Notre blogue

Histoire de réfléchir…

25 novembre 2015

La compagnie Hydro-Rivière était en pleine expansion. Elle avait acquis du gouvernement en place le droit d’exploiter 5 rivières pour construire des barrages hydro-électriques. Le tout devait être fait dans le respect de la nature environnante et ce fut fait.

Après quelques mois d’une production d’énergie fructueuse, voici que le niveau d’électricité produit diminuait de plus en plus. Hydro-Rivière envoya donc des inspecteurs pour évaluer le problème. La conclusion fut simple : des castors avaient construit leur abri en amont du barrage hydro-électrique. La première idée fut d’éliminer le problème en déplaçant les abris de castors. Or, le gouvernement en place avait créé, depuis peu, un nouveau ministère important : le Ministère des Castors. Il est interdit de déplacer ou détruire l’habitat naturel de ces derniers. Que faire alors?

Hydro-Rivière engagea donc un expert en rivières, ingénieur diplômé de la réputée Université de la Nature. L’expert examina les diverses options pour une première rivière et fit quelques recommandations. Sans même lire son rapport, les dirigeants d’Hydro-Rivière lui donnèrent des directives :

  • Il faut dévier la rivière par la gauche pour contourner l’abri des castors
  • Il faut que la déviation passe sous terre, dans des tuyaux
  • Tant qu’à utiliser des tuyaux, il faudrait avoir un diamètre de 2 pieds à l’entrée et de 1 pied à la sortie pour concentrer le débit de l’eau.

L’expert tenta bien de présenter son rapport, mais en vain. Il exécuta donc les directives.

À la fin du projet sur la première rivière, une analyse des résultats fut compilée : aucun impact sur l’environnement, la production d’énergie a repris et a même augmenté. Bref, que du positif. Les dirigeants d’Hydro-Rivière demandèrent donc à l’expert de rédiger, sous forme de recette, les étapes nécessaires pour réaliser ledit projet. Une fois l’approche documentée, il fut demandé que ces étapes soient reproduites à la lettre pour régler un enjeu similaire sur les 4 autres rivières.

Quelques mois plus tard, lorsque tous les changements furent complétés sur toutes les rivières, Hydro-Rivière a fait état de résultats catastrophiques! Une diminution de la production d’électricité et l’opinion publique n’était plus du tout en sa faveur… Que s’était-il donc passé sur les 4 autres rivières?

Sur la première, en déviant le cours d’eau vers la gauche, Hydro-Rivière a dû exproprier certains résidents du village pour passer leurs tuyaux. Ces derniers étaient fâchés et ont saboté le barrage hydro-électrique. Sur la seconde, la terre était friable et en bordure d’une falaise. Les tuyaux ont bougé et l’eau s’écoule maintenant dans la falaise. Sur la troisième, la grosseur des tuyaux était trop petite, l’eau a donc débordé de son lit et a inondé les berges de la rivière. Et pour la quatrième rivière, le diamètre était trop grand, l’eau entre, mais il n’y a aucune concentration du débit qui se produit.

Hydro-Rivière est maintenant en faillite. Les ex-dirigeants ne comprennent toujours pas comment une méthodologie qui avait si bien fonctionné la première fois a pu devenir un échec aussi lamentable pour les autres projets.

Lorsque vous vivez ou gérez un changement, méfiez-vous des approches et des méthodologies qui semblent « assurer » un succès. Il n’y a pas de recettes magiques, chaque projet est unique.

Laisser un commentaire

Veuillez respecter les consignes suivantes

  1. Le Respect – N’écrivez rien que vous ne serez en mesure d’assumer en première page du journal et dont votre mère ne serait pas fière ! Tous commentaires qui seront jugés irrespectueux ne seront pas publiés.
  2. Les Liens - L’ajout d’hyperliens vers d’autres sites est autorisé et encouragé, dans la mesure où le contenu est lié aux sujets abordés. Par contre, nous ne sommes pas responsables du contenu de ces sites.
  3. Amusez-vous ! Partagez, Partagez, Partagez...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *